mai 15

A l’heure où de nombreux responsables politiques nous martelaient que le tout-gratuit au sein de l’industrie musicale n’est pas possible (malgré la présence de modèles gratuits, parfois anciens : radio, télévision…), Deezer avait ouvert la voie de la musique illimitée et gratuite en streaming.

Spotify marche sur les mêmes traces, tout en venant combler un nombre impressionnant de lacunes.

Il est d’abord important de préciser que contrairement à son aîné Deezer, Spotify n’est disponible que sous forme d’application (pour Windows XP ou ultérieur, Mac OS X 10.4 ou ultérieurs). Ce choix se justifie à bien des égards, puisqu’il permet à l’éditeur du logiciel d’assurer que ses publicités ne seront pas simplement bloquées à l’aide d’un plug-in, et lui permet en outre d’utiliser un codec de compression plus performant que le MP3 généralement utilisé dans les applications en Flash. Il est aussi à noter que pour le moment, l’accès à Spotify est restreint par un système d’invitations (tout comme Gmail lors de son lancement) néanmoins, Spotify offre des alternatives supplémentaires payantes, qui ne nécessitent pas d’invitation. Il est possible d’acheter un passe de 24 heures, pour 0,99 €, supprimant les publicités. Ainsi, si on se doute que le modèle gratuit sera celui privilégié par une bonne majorité d’utilisateurs, Spotify laisse la possibilité de se passer de publicités moyennant le paiement d’un abonnement. Un choix appréciable.

Cette plate-forme de musique à la demande est à la croisée des Itunes, lastfm, playlist.com ou autre deezer.com, en ayant visiblement que les points positif de chacune de ces plate-formes/radio en ligne.

- Téléchargement des musiques illimité sur un mode peer-to-peer à la manière de bittorent (et légalement) - ce qui confère à Spotify un téléchargement de musique très rapide
- une interface utilisateur apparentée à iTunes, avec la possibilité de créer ses playlistes, partager ces même playlists avec son réseau d’amis
- Plus aucune notion de “chargement physique” du fichier de musique, tout est hébergé en ligne,
- une interface Mobile aussi accessible
- Une radio diffusant les musiques proches des ses goûts musicaux,

Bref, il va sans dire que Spotify va faire beaucoup de bruit et, avec ses sérieux arguments, pourrait faire trembler iTunes :-)

Spotify aurait d’ailleurs levé quelques millions d’€uro et a déjà signé avec les principales Majors !

En vidéo voici ce que donne Spotify !

Spotify – the story from Spotify on Vimeo.

Spotify

mai 14

Le changement n’est pour l’heure visible que pour la version mondiale du moteur de recherche avec à gauche du bandeau où est indiqué le nombre de résultats obtenus suite à une requête, un lien intitulé Show options… Ce lien permet d’afficher une colonne à gauche de la page des résultats avec plusieurs entrées pour les filtrer en fonction de leur date de publication, leur type ( vidéo, commentaire dans un forum… ). Des options de recherche qui peuvent être combinées.
Un curieux lien intitulé Wonder wheel permet quant à lui d’avoir accès à une roue pour naviguer dans des résultats de proche en proche via diverses thématiques en relation avec la requête initiale. Timeline donne pour sa part accès à une frise chronologique de résultats. Une fonctionnalité déjà connue. Ces options de recherche sont présentées dans la vidéo ci-dessous :

Outre Show option, Google a également annoncé des extraits de résultats plus fournis ( snippsets ) afin de délivrer plus d’informations utiles susceptibles de faciliter le choix par l’utilisateur du résultat souhaité parmi le panel proposé. Des snippsets qui seront enrichis grâce à la collaboration des webmasters via notamment les microformats. Google donne l’exemple d’une requête portant sur un restaurant avec dans l’extrait affiché en page de résultats la note moyenne donnée par les consommateurs, le prix moyen d’un menu…

D’ici la fin du mois, Google va lancer dans ses Labs un nouveau service baptisé Google Squared et de promettre une nouvelle manière d’afficher les résultats selon une organisation spécifique et automatique. TechCrunch parle ainsi d’un tableau avec des colonnes pour les photos, les vidéos, les résultats textes, des informations sur un produit…

déc 21

Cette fois, c’est officiel : YouTube bascule, lorsque c’est possible, les vidéos en HD. Une nouvelle page d’accueil sur le site recense les vidéos disponibles.

nov 12

Désormais, les utilisateurs du webmail gratuit de Google ont la possibilité de communiquer par la voix et la vidéo. Pour accéder à ces nouvelles fonctionnalités de Chat directement dans Gmail, l’installation d’un plugin est nécessaire mais cette installation est bornée par l’environnement d’utilisation, à savoir Windows ou Mac OS X avec IE7, Firefox 2.0+, Safari 3.0 et bien sûr Google Chrome, mais pas de Linux.

Sur le blog officiel de la société, l’ingénieur Justin Uberti précise : « nous avons conçu cette fonctionnalité en nous basant sur les standards du web tels que XMPP, RTP et H.264, ce qui signifie que les applications et réseaux tiers peuvent choisir d’être interopérables avec le chat vocal et vidéo de Gmail » .

Une webcam est évidemment nécessaire mais si un contact de Chat n’en dispose pas d’une, il est tout de même possible de l’inviter à télécharger le plugin pour participer à une conversation vocale ou vidéo… à sens unique.

Ces nouvelles fonctionnalités qui apparaissent après installation du plugin ne sont pas encore disponibles pour l’ensemble des comptes Gmail mais le seront dans les prochains jours.

null Téléchargez le plugin

août 28

Microsoft dévoile toutes les nouveautés d’Internet Explorer 8
Des fonctions de recherche plus visuelles
Une barre d’adresse qui s’inspire de Firefox 3
Les onglets prennent des couleurs
Des boutons contextuels pour appeler des services Web
Des « tranches de Web » pour suivre des contenus qui évoluent au fil du temps
De nouveaux onglets qui invitent à l’action
Un filtre anti-hameçonnage plus explicite

- Des onglets plus autonomes. Les onglets disposent désormais de leur propre espace mémoire. En cas de plantage lors du chargement d’un site, les autres onglets déjà ouverts sont préservés.
- Un diagnostic automatique quand les sites ne répondent pas. Si un site Web n’est pas accessible, IE8 lance automatiquement l’assistant qui aide à diagnostiquer les problèmes de connexion Internet dans Windows XP ou Windows Vista.
- Un mode « compatibilité » . IE8 utilisera désormais par défaut un mode de rendu qui respecte les standards du Web. Pour afficher les sites non conformes aux standards, un bouton permettra d’utiliser les vieux moteurs de rendu d’IE5 ou d’IE6. Les auteurs de sites Web qui ne se conforment pas aux standards pourront aussi inclure une balise pour solliciter d’emblée ce mode « compatibilité ».
- Un gestionnaire qui surveille le poids des plug-in. Le gestionnaire de plug-in affichera le temps de chargement des modules (les ActiveX notamment) afin de mettre en évidence ceux qui se révèlent les plus gourmands.

août 22

Orange lance quatre modèles, pour le grand public et pour le marché pro, avec de nouvelles fonctionnalités et un design revisité. C’est le premier lifting de la Livebox depuis son lancement en 2004.

Orange fait également évoluer la version pro de sa box, déjà écoulée à 300.000 exemplaires en France (contre 4 millions pour la Livebox grand public). Comme la version actuelle, elle peut servir de borne centrale pour créer un hot spot Wi-Fi. Au rayon nouveauté: elle est désormais compatible avec la technologie de Wi-Fi haut débit  802.11n.
Branchée sur un réseau fibre optique, le débit atteint les 100 Mbps. Grâce au 802.11n, cette bande passante peut être partagée via un réseau sans fil supportant le très haut débit. Le nombre d’utilisateurs maximum est de 50 personnes.
Cette Livebox pro sera disponible en novembre 2008 et sera alors proposée aux clients fibre optique résidentiels, en remplacement de la Livebox optique actuelle, simple évolution du terminal sorti en 2004.

août 21

Un expert a rendu publique une faille qui permet de pirater les comptes Gmail gratuits. Google propose une parade optionnelle. Les entreprises ayant ouvert des comptes payants sont protégées.

La série noire continue pour les comptes Gmail qui donnent accès aux services en ligne de Google, notamment les Google Apps. Après les problèmes de disponibilité rencontrés ces dernières semaines, leur sécurité est aujourd’hui publiquement remise en cause par les experts. Lors de la conférence de sécurité Defcon, qui s’est tenue la semaine dernière à Las Vegas, le chercheur américain Mike Perry a en effet dévoilé une faille du service d’authentification de Google qui permet de pirater des comptes utilisateurs.
Le problème vient de ce que Google ne chiffre que la procédure d’authentification de ses utilisateurs en utilisant temporairement une connexion SSL (Secure Socket Layer ; l’adresse du site commence alors par https).
Une fois l’authentification effectuée, la connexion n’est plus chiffrée. Un cookie (petit fichier texte) est placé dans le cache et sert de sésame pour accéder aux services de Google pendant deux semaines ou jusqu’à ce que l’internaute demande la déconnexion de son compte (ce qui efface le cookie).
Selon Mike Perry, il est possible de récupérer ce cookie grâce à un outil automatisé de sa conception. « La faille n’est pas nouvelle et le risque est limité car l’attaquant doit être capable de modifier le trafic d’un utilisateur à la volée. Il doit donc se trouver sur le même segment réseau afin de réaliser au préalable une attaque man in the middle », explique Raphaël Marichez, expert en sécurité au sein de HSC Consultants. Les réseaux Wi-Fi publics sont théoriquement plus vulnérables à ce type d’attaque, qui nécessite de pouvoir s’intercaler sur le réseau.
Mike Perry prévoit de rendre public, au début du mois de septembre, l’outil qu’il a mis au point afin d’inciter Google et les autres sites qui utilisent cette méthode d’authentification (comme Amazon ou Facebook) à réagir. Préalablement alerté, Google a discrètement ajouté une option à la fin du mois de juillet dernier permettant d’utiliser en permanence une liaison SSL pour accéder à ces services. Il suffit d’aller en bas de la rubrique « Général » du menu « Paramètres » pour l’activer.
Le « tout https » représente une charge pour Google, pas pour les utilisateurs
« L’inconvénient de l’https est qu’il peut rendre votre messagerie plus lente. Votre ordinateur a un surcroît de travail avec le chiffrement des données et celles-ci ne voyagent pas aussi rapidement sur Internet que des données non chiffrées. C’est pourquoi nous vous laissons le choix », expliquent aujourd’hui les développeurs de Google sur leur blog dédié à la sécurité. Google préconise ainsi l’activation du full https en priorité aux utilisateurs qui accèdent aux services Google par l’inermédiaire de hot spots Wi-Fi.
Pour Sylvain Roger, consultant en sécurité chez Solucom, ce discours est un peu biaisé. « Le ralentissement s’observerait surtout si les utilisateurs basculaient tous en full https car cela demanderait des investissements importants en infrastructure de la part de Google », explique-t-il.
Jusqu’ici la possibilité de chiffrer toutes les connexions en SSL était réservée aux entreprises ayant souscrit un abonnement payant aux Google Apps (Edition Premier). Cap Gemini, qui distribue les versions payantes de Google Apps, nous confirme d’ailleurs ne pas être affecté par la faille. « Il est dommage que Google ait attendu la présentation de Mike Perry pour généraliser le full https aux versions gratuites de Google Apps », résume Sylvain Roger.

juin 10

MobileMe est un service qui permet de synchroniser toutes ses données au travers de son iPhone, son PC et son Mac, peut importe où on se trouve et dans les deux sens pour le Push email, les contacts, le calendrier… Le service Web « me.com », permettra d’accéder à l’ensemble de ces informations via des applications Web. Via ce service, les photos pourront elles aussi être synchronisées et le service iDisk (stockage de données) est compris dans Me.com.

MobileMe nécessitera d’iTunes 7.7 (bientôt au téléchargement), Tiger 10.4.11 et Safari dans sa troisième version.

Le pack individuel vous coûtera 79€ contre 119€ pour le pack familial, une période de 60 jours d’essai est inclue avec l’achat d’un iPhone. La mise à jour est gratuite pour ceux disposant d’un compte .Mac à jour des paiements.

MobileMe expliqué en vidéo (en anglais)